Travailler au Canada grâce aux études

Crédits Photo: ADH

Crédit photo: A. Dadier

Étudier au Canada permet non seulement d’obtenir une formation académique ou professionnelle mais aussi d’y travailler.

En matière d’immigration, les études au Canada pourraient permettre de travailler pendant la formation, d’obtenir un permis de travail après les études, de faire bénéficier son conjoint d’un permis de travail et d’envisager la résidence permanente.

Les études pourraient donc s’avérer stratégiques dans un projet d’immigration.

1) Les critères principaux pour demander un permis d’études sont notamment :

  • avoir  été accepté par un établissement d’enseignement désigné au Canada.
  • justifier avoir les fonds nécessaires pour payer :
    – les frais de scolarité;
    – les frais de subsistance;
    – les frais de transport.
  • convaincre l’agent d’immigration de bien quitter le Canada à la fin du séjour autorisé.

Plus particulièrement, si vous entendez étudier au Québec, il faudra obtenir préalablement un certificat d’acceptation du Québec (CAQ).

2) Pendant les études, il serait possible de travailler 20 heures par semaine et à temps plein pendant les vacances.

3) À l’issue des études, il serait possible d’obtenir un permis de travail « post diplôme » permettant de travailler pour une durée équivalente à celles des études suivies (dans un maximum de 3 ans).

Les critères principaux pour le permis de travail post diplôme sont les suivants :

  • être âgé de 18 ans;
  • être titulaire d’un permis d’études valide;
  • avoir étudié au moins 8 mois à temps plein;
  • avoir été diplômé :
    – d’un établissement postsecondaire public tel qu’un collège, une école publique de métiers ou une école technique, une université ou un collège d’enseignement général et professionnel (Cégep) au Québec;
    – d’un établissement postsecondaire privé;
    – au Québec, d’un établissement secondaire ou postsecondaire privé offrant des programmes admissibles d’une durée de 900 heures (environ 8 mois) ou plus menant à l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles (DEP) ou d’une attestation de spécialisation professionnelle (ASP);
  • présenter la demande de permis de travail dans les 90 jours suivant la réception de la preuve de réussite du programme d’études.

4) Les études au Québec pourraient rendre l’étudiant admissible au programme de l’expérience québécoise soit à titre d’étudiant soit à titre de travailleur qualifié pour obtenir un certificat de sélection du Québec (CSQ) dans le cadre de la demande de résidence permanente.

5) Enfin, le conjoint ou la conjointe de l’étudiant pourrait obtenir un permis de travail ouvert pendant la durée des études de l’autre.

Pourquoi ne pas envisager d’étudier au Canada pour mieux travailler par la suite, pour permettre à son conjoint de travailler ou d’entreprendre et, surtout, pour faciliter son intégration au Canada ?

À propos de Alexandre Hénaut

Avocat chez Wellstein Mora Rodriguez International S.A. 1980, rue Sherbrooke ouest, bureau 700 Montréal (Québec) H3H 1E8 Canada
Image | Cette entrée, publiée dans CAN - Entrée express, CAN - Permis d'études, CAN - Permis de travail, CAN - Résidence permanente, CAN - Résidence temporaire, Permis d'études, Permis de travail, QC - Certificat d'acceptation/CAQ, QC - Certificat de sélection/CSQ, QC - Expérience québécoise/PEQ, QC - Gens d'affaires, est marquée , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s